Le Mot du Président

Très chers et bien aimés Frères et Sœurs,

Vous qui composez les associations adhérentes à notre fédération, je veux témoigner ma gratitude, à chacune et chacun d’entre vous, pour votre attitude exemplaire et votre fraternité durant les moments décourageants et déroutants que nous venons de surmonter ces derniers mois au sein de notre obédience, car c’est cette fraternité qui nous conduit à nouveau vers l’harmonie, la sérénité et la paix.

Nous avons voulu une obédience sans hiérarchie et pouvoir, car il n’y en a pas en franc-maçonnerie, il n’y a que la responsabilité de chacun dans la construction d’un édifice commun et personnel, et chacun y a un niveau égal de responsabilité et de considération.

Notre jeune obédience, modeste fédération, a malgré tout suscité l’envie et provoquée la rapacité de quatre parasites, personnalités destructrices, avides de titres et de reconnaissance, en qui nous avions placé à tort une confiance fraternelle et aveugle, en les élisant au sein de notre conseil d’administration et bureau et qui nous ont trahis..

Pour ceux qui ignorent encore les avanies que nous ont infligés ces indélicats, voici le résumé des événements :

le précédent président Patrick J. le responsable de notre site internet Jean-Luc T., célèbre « Joaben », blogueur compulsif et perturbateur des blogs maçonniques nationaux, le secrétaire Gérard R. et un administrateur Christian G., se sont qualifiés « fondateurs de notre obédience » et ont décidé, peu après le convent annuel de contester les décisions prises à l’unanimité par le convent en polluant l’ensemble des membres de notre conseil d’administration par l’envoi incessant de mails pour semer troubles et  confusions, et renier ainsi l’expression démocratique.

Le but poursuivi était de contester l’élection du président (élu pourtant à l’unanimité) et de s’arroger le pouvoir sur l’obédience en s’autoproclamant fondateur de l’obédience. Les statuts associatifs de notre obédience ne prévoient pas le titre de fondateur, c’est pour cela que j’évoque le caractère autoproclamé de ce titre, juridiquement illégitime.

Voyant rapidement que leur tentative ne recevait pas l’adhésion escomptée, et que bien au contraire, leurs victimes lasses allaient les empêcher de nuire en leur retirant leurs fonctions dès la prochaine réunion du conseil d’administration, convoqué expressément pour les stopper, ils ont trouvé comme solution de prise de contrôle de l’obédience par la force, rien d’autre que l’achat du nom auprès de l’INPI du nom de l’association, et de décréter illégales les décisions de la majorité des membres les déchargeant de toutes fonctions.

Ils poursuivirent, pensant être légitimés par leur acquisition, leur harcèlement épistolaire et puisqu’ils ne souhaitaient pas s’arrêter là, la réunion d’une nouvelle assemblée générale a été décidée pour les exclure du conseil d’administration, ce qui fut fait à l’unanimité des loges présentes, représentant plus des 2/3 de l’ensemble des loges adhérentes.

Ils ont alors trouvé la parade en créant, forts de la possession de leur marque commerciale, une association portant le même nom que notre obédience dans le but de tromper nos loges adhérentes en leur disant que désormais, la GLEFU était « eux », et qu’elles étaient automatiquement adhérentes chez eux !

C’est la raison du changement de dénomination de notre obédience de GLEFU en OFU Obédience de la Fraternité Universelle, nom originel de l’association créée avec les loges fondatrices de Limoges en février 2013.

Je comprends parfaitement que certaines et certains ne se sentent pas concernés par ces manœuvres tant éloignées de l’esprit maçonnique, mais je pense que l’on peut raisonnablement juger que ceux qui s’en sont rendus coupables ne font plus partie de notre communauté initiatique, si tant est qu’ils en aient été membres un jour.

Il est patent qu’ils sont étrangers à la notion même d’évolution personnelle et que l’amour fraternel, l’humilité et la sagesse, sont des concepts pour eux, dont ils ignorent même l’existence. Je compatis dès lors à la tristesse que doivent ressentir leurs parrains respectifs en constatant leurs valeurs morales dégradées, et il est décevant de constater que même de grands initiés peuvent se laisser séduire par la noirceur de telles initiatives dont nous venons d’être victimes.

De regrettables conséquences ont découlé de cette intoxication, avec le départ de notre fédération de quelques ateliers (à ce jour deux, qui se sont remis en Loge Libre), qui sont et demeurent libres et souverains de leurs adhésions.

Cette page obscure de notre histoire commune est, je l’espère, désormais définitivement tournée.

Mon objectif est désormais de maintenir, renforcer et renouer les relations d’amitié avec les obédiences qui nous ont reconnu dans notre démarche, relations parfois distendues, suspendues, ou rompues, mais que nous recouvrerons j’en suis convaincu.

Tout comme je reste assuré que l’essence même de notre démarche sincère et respectable, s’inscrivant dans le respect des origines fondatrices, sera reconnue et appréciée à l’avenir par de nouveaux partenaires ne souhaitant plus, comme nous, appartenir à des obédiences verticales.

Je souhaite à toutes et tous de vivre au sein de leurs ateliers respectifs une fraternelle Saint Jean d’hiver dans une sérénité retrouvée.

Je vous prie de recevoir, mes Biens Aimés Frères et Sœurs, l’assurance de ma fraternelle affection.

Gérard SEGALAT,

(Président)

Laisser un commentaire

Fermer le menu
%d blogueurs aiment cette page :